Pratiques d’écoute d’une zone de police: «Inacceptable!»

Annelies Verlinden
Annelies Verlinden - Belga image

« Chaque zone de police de notre pays doit respecter strictement le principe de confidentialité de ces conversations », ont-ils déclaré dans un communiqué conjoint.

Selon ’De Tijd’, l’Organe de contrôle de l’information policière (COC) a découvert qu’une zone de police non-identifiée suivait les discussions confidentielles entre des avocats et leurs clients en ayant équipé un local d’une caméra de surveillance qui filmait en permanence, enregistrait les sons et les transmettait vers un autre local de la police où se trouvaient des enquêteurs.

Vincent Van Quickenborne (Open Vld) et Annelies Verlinden (CD&V) ont fait part de leur indignation. « Il s’agit d’une violation des droits de la défense. La loi Salduz (sur les droits lors des auditions, ndlr) donne aux suspects le droit à une consultation confidentielle avec un avocat », disent-ils dans un communiqué conjoint.

« Les droits de la défense sont un principe fondamental de l’état de droit qui doit être traité avec beaucoup d’attention », ont-ils ajouté.

Les deux ministres ont également assuré « prendre les mesures nécessaires pour que chaque zone de police de notre pays adhère strictement à ces règles ».

Le COC n’a pas voulu nommer la zone de police de Flandre orientale concernée, mais l’a qualifiée de « moyennement grande ». Le dossier a été transmis au parquet de Flandre orientale qui a ouvert une enquête.

Les ministres de la Justice et de l’Intérieur ont enfin assuré que l’enquête serait menée de manière « approfondie ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :province de Flandre orientale
Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune (nouveaux cas, incidence et vaccination)

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique