Deux ans de prison requis pour outrage public aux mœurs à Jemeppe-sur-Sambre

Dans le train, devant trois jeunes filles dont une mineure.
Dans le train, devant trois jeunes filles dont une mineure. - ILLU/D.R.

Le parquet de Namur a requis jeudi une peine de deux ans de prison à l’encontre d’un prévenu accusé d’outrage public aux mœurs.

Le 29 janvier 2020 vers 16H00, alors qu’il venait d’aller boire un verre à Namur, le prévenu s’est masturbé dans un train à hauteur de Jemeppe-sur-Sambre, devant trois jeunes filles, dont une mineure de plus de 16 ans. Deux d’entre elles se sont constituées parties civiles pour un montant de 500 euros, l’une à titre définitif et l’autre à titre provisionnel.

Déjà des antécédents

Le parquet de Namur relève les antécédents du prévenu, déjà condamné en 1997 à une peine de 15 ans pour viol, et en 2015 à une peine de travail pour attentats à la pudeur. Le ministère public souligne que les psychiatres qui se sont penchés sur son cas estiment le risque de récidive comme élevé.

Le conseil de l’homme demande au tribunal de ne pas prononcer une peine supérieure à la détention préventive déjà effectuée, à savoir 18 mois.

Jugement le 24 juin.

BELGA

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)Jemeppe-sur-Sambre (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers