Procès d’Eric Flammang à Arlon: Une amitié qui tourne au drame à cause de l’argent?

Procès d’Eric Flammang à Arlon: Une amitié qui tourne au drame à cause de l’argent?

Il est 21h30, le 27 février 2017, lorsque des inspecteurs de Police de la Zone de Gaume patrouillent dans la Vallée de Rabais, à Virton. Rapidement les inspecteurs remarquent un véhicule partiellement englouti dans le lac.

Malgré l’éclairage de leurs torches, les policiers ne peuvent pas voir si quelqu’un se trouve à l’intérieur de ce véhicule. Les secours arrivent sur place et ils décident, vu l’urgence, d’entrer dans l’eau. Ils effectuent les manœuvres nécessaires pour pénétrer dans le véhicule. Ils cassent les fenêtres arrière de chaque côté. C’est par là qu’un pompier constate au toucher la présence d’une personne. Il s’agit de Raymond Lochet. L’homme, âgé de 85 ans, est mort par noyade.

Les policiers partent à la recherche du conducteur du véhicule. Ils suivent les indications d’un témoin qui leur confie avoir aperçu quelques minutes plus tôt un homme, mouillé, prenant à pied la route vers le centre de Virton.

C’est là que les policiers tombent sur Eric Flammang. Il est légèrement sous influence de la boisson. Il déclare avoir consommé 4 à 5 bières dans la soirée.

Passer l’après-midi ensemble

L’avocate générale, Marianne Lejeune, reviendra sur l’après-midi qui a précédé le drame. Eric Flammang et Raymond Lochet ont passé la journée ensemble. Les deux hommes avaient notamment passé leur soirée dans un café de Saint-Mard (Virton). La tenancière du café, interrogée, admettra avoir vu dans son établissement deux hommes, un plus âgé que l’autre, qu’elle ne semblait pas connaître et qui avaient l’air de bien s’entendre et riaient ensemble.

Le mobile

Marianne Lejeune reviendra ensuite sur le passé d’Eric Flammang. Et notamment sur sa relation avec Raymond Lochet, qu’il connaît depuis 1985, et qu’il considère comme un ami et même un père de substitution. Pour illustrer ses propos, l’avocate générale reviendra d’ailleurs sur le mariage d’Eric Flammang, un événement heureux auquel Raymond Lochet et son épouse avaient à l’époque été invités.

Elle reviendra également sur ce que les enquêteurs considèrent comme le mobile du meurtre : la vente viagère du domicile de Raymond Lochet par Eric Flammang. Vente que ce dernier s’apprêtait à résilier suite à des difficultés de payement. Comble du hasard, cette résiliation était fixée le lendemain du drame !

Eric Flammang et son épouse, domiciliés à Longuyon en France (Meurthe-et-Moselle), étaient engagés dans un contrat de vente en viager de la maison de Raymond Lochet à Chenois (Virton). Au bout de 15 ans, et après des versements mensuels de 700€ indexés, le couple aurait dû devenir propriétaire du bien.

Mais au moment des faits, les mensualités n’étaient plus payées et une procédure judiciaire avait été engagée. Le 28 février 2017, soit le lendemain du mystérieux accident, une audience était prévue devant le tribunal d’Arlon afin d’entériner une procédure de résiliation de contrat de vente. Les époux Flammang, en plus de rentes viagères déjà payées mais perdues s’il était mis fin au contrat, étaient dès lors de plus redevables d’indemnités s’élevant à environ 7.000€.

Accident ?

Depuis le début, Eric Flammang clame son innocence. Il évoque un accident notamment dû à une trop forte consommation d’alcool. Concernant l’imprégnation alcoolique, un médecin reconnaîtra qu’Eric Flammang était au moment de l’accident sous l’influence d’une consommation significative de boissons, à un taux d’alcool de l’ordre de 0,98 g/l. Le médecin reconnaîtra également que parmi l’ensemble des médicaments faisant partie du traitement thérapeutique d’Eric Flammang, deux peuvent être tenus pour responsables d’une diminution de l’état de vigilance.

Concernant la perte de contrôle accidentelle du véhicule, l’expert affirme que l’absence de traces de dérapage renseigne que le conducteur ne pouvait pas avoir perdu le contrôle du véhicule. Sans compter qu’avant de finir sa course dans l’eau, le conducteur semble avoir effectué une marche arrière sur la berge avant de pousser sur l’accélérateur.

Au cours de l’enquête, un reportage vidéo reprenant le trajet d’Eric Flammang a été réalisé. Cela dit, aucune reconstitution n’a été organisée. Ce que regrette Marianne Lejeune, de même que la défense. Une reconstitution devrait être réalisée ce vendredi, en présence de l’accusé et des jurés.

L’avocat de Flammang s’exprime rapidement

Après la lecture de l’acte d’accusation, le conseil d’Eric Flammang, Me Marc Kauten, a eu également l’occasion de s’exprimer devant les jurés. «Nous vous demandons d’oublier tout ce que vous avez déjà etendu et lu dans la presse. Vous allez entendre l’accusé, les experts, les enquêteurs et les autres témoins. Et puis vous entendrez notre plaidoirie. La thèse de sa défense est simple : nous estimons que Moniseur Flammang est coupable d’infraction de roulage et d’homicide involontaire. »

Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE LUXEMBOURG