Deux ans de travaux sur l’E42 Liège-Namur pour réparer le viaduc de Huccorgne (VIDÉO)

Vidéo
Le viaduc est très fréquenté et en mauvais état...
Le viaduc est très fréquenté et en mauvais état...

Construit entre 1968 et 1971, le viaduc de Huccorgne doit bénéficier d’une complète réhabilitation. D’une longueur de 547 m sur une largeur de 34 m, et culminant à 60 m, il permet de relier Namur à Liège et inversement. En béton précontraint, il se compose de deux ponts, c’est-à-dire un pont pour chaque sens de circulation.

«C’est aussi un chantier majeur de par les opérations et défis techniques qui y seront relevés. Le challenge sera de maintenir le plus possible les voies de circulation accessibles tout en permettant au chantier de se dérouler en toute sécurité», poursuit le directeur général de la Sofico.

Du 2 août 2021 jusqu’en juillet 2023

Le viaduc se compose d’une partie centrale (280 m) qui sera réhabilitée tandis que les deux parties d’approche (180 m côté Namur et 90 m côté Liège), constituées de travées et poutres préfabriquées, seront toutes deux démolies puis reconstruites, à l’exception des piles qui seront conservées et réparées.

Ce chantier sera réalisé en trois phases. Bien que des travaux préparatoires soient déjà en cours sous le viaduc, la première débutera le 2 août prochain tandis que la troisième est annoncée en janvier 2023 pour s’achever en juillet 2023.

0x302561b3de5f3fab!8m2!3d50.5672767!4d5.1655285

► La première phase (4 mois) consistera à renforcer le pont supportant les voies vers Namur de manière à accueillir toute la circulation sur 2x2 bandes dès la phase suivante. Pas moins de 504 étriers précontraints (14 par poutre) seront ainsi placés.

► Dès janvier 2022, les travaux porteront sur le pont qui supporte les voies vers Liège. Le trafic sera donc entièrement basculé en 2X2 bandes sur le pont qui supporte habituellement les voies vers Namur.

► Enfin, dès janvier 2023, il s’agira de réaliser les travaux sur le pont qui supporte habituellement les voies vers Namur. Le trafic sera alors entièrement basculé en 2X2 bandes sur le nouveau pont supportant les voies vers Liège.

«La philosophie générale sera de maintenir sur l’autoroute deux bandes de circulation par sens pendant les phases du chantier et ce, sur base d’une vitesse maximale limitée à 50 km/h», souligne la porte-parole de la Sofico.

L’investissement s’élève à plus de 23 millions d’euros et s’inscrit dans le cadre du plan «Infrastructures et mobilité pour tous» 2020-2026.

Les rues fermées en-dessous du pont

A noter que durant l’entièreté du chantier, les rues Robiewez et Famelette, sous le viaduc, seront fermées à la circulation et une déviation sera instaurée via la N652 (route de l’Etat), qui sera fermée par demi-chaussée lors du travail sur les piles.

Le viaduc est emprunté quotidiennement par 60.000 véhicules et, lors des heures de pointe, il peut y en avoir jusqu’à entre 2.500 et 3.500 par heure.

Aussi en LIEGE