Une grève de 24 h menée mardi par la CSC dans les prisons de Bruxelles et de Wallonie

Une grève de 24 h menée mardi par la CSC dans les prisons de Bruxelles et de Wallonie
Belga Image

Le préavis de grève porte sur les problèmes de sous-effectif et de surpopulation carcérale. La grève aura cours jusque mardi 22h00. « Le manque de personnel conjugué à la surpopulation carcérale crée des conditions de travail épouvantables », souligne la syndicaliste. « Le problème quand on dépose un préavis pour une prison, c’est que la direction va aller chercher des agents ailleurs, mais cela ne fait que déplacer le problème. Un mois après, le personnel de la prison déforcée va demander un préavis puisque le cadre n’était déjà pas bien rempli. C’est un jeu de chaises musicales. À la CSC, on a donc décidé de déposer un préavis large pour avoir une discussion globale. On l’a fait seulement pour les francophones, car les néerlandophones sont confrontés à la même problématique, mais ils ne la gèrent pas de la même façon ».

La pression est particulièrement forte sur les prisons bruxelloises, mais Claudine Coupienne craint que l’ouverture de la méga-prison de Haren ne résolve pas le problème de surpopulation, surtout que la prison de Bruxelles va être partiellement voire entièrement fermée et être transférée dans ces nouveaux locaux. De plus, la loi du 17 mai 2006 met en œuvre des dispositions relatives au juge de l’application des peines qui entreront en vigueur au 1er décembre et qui prévoient l’exécution des courtes peines privatives de liberté. Claudine Coupienne s’attend à ce que les premiers effets se fassent ressentir en février et à ce que le surplus atteigne un plateau maximal à l’été : « On nous a dit qu’Il y aura bientôt des maisons de détention, mais une seule a ouvert pour l’instant ».

Concernant le manque de personnel, elle déplore la lenteur des procédures de recrutement : « Sur peut-être 200 ou 300 personnes qui ont réussi les épreuves de recrutement pour être statutaires, il y a un mois on nous a dit qu’il en restait 10 qui ont accepté la demande d’entrée en fonction. Mais, on met bien trop longtemps à les rappeler ! Ils ne vont pas attendre deux ans au chômage, car la vie continue… Du coup, des Rosetta sont engagés à tour de bras, des jeunes avec seulement quelques jours de formation et dont ces contrats premiers emplois se terminent à leurs 26 ans ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Haren (c.f. Tongres)Bruxelles (Bruxelles-Capitale)Région wallonne

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique