Saint-Ghislain: les voyageurs de la SNCB pourront prendre leur abonnement à la poste

La SNCB veut étendre son offre de services en menant une expérience avec bpost.
La SNCB veut étendre son offre de services en menant une expérience avec bpost. - D.R.

La SNCB évolue pour coller davantage aux attentes et aux demandes des citoyens de plus en plus nombreux à utiliser des solutions digitales pour acheter leur ticket. Dans certaines gares, le nombre de clients s’adressant au guichet était devenu très faible et, comme annoncé début 2021, les guichets de plusieurs gares sont définitivement fermés en cette fin d’année.

Projet-pilote

Tous les autres canaux de vente de la SNCB restent disponibles, que ce soit l’app, le site sncb.be, les automates de ventes (présents dans chaque gare, avec la possibilité d’une assistance à distance) ou encore le guichet d’une gare voisine. En parallèle à toutes ces mesures et dans le but de faciliter l’accessibilité de tous les publics au train, la SNCB et bpost lancent ce 1er décembre un projet-pilote dans deux communes, Saint-Ghislain et Liedekerke.

Evaluation en 2022

Concrètement, les voyageurs de la SNCB pourront se rendre dans le bureau bpost situé à proximité de ces deux gares. Au guichet du bureau de poste, ils pourront être aidés à compléter un formulaire de demande d’abonnement ou un formulaire pour obtenir une carte de réduction. Sont visées par ce projet-pilote les cartes de réduction suivantes : carte pour raison patriotique, carte intervention majorée, carte de priorité place assise et la carte accompagnateur gratuit. Bpost enverra les différentes demandes au service clientèle SNCB qui prendra contact avec le voyageur concerné, pour assurer le suivi de sa demande.

Grâce à ce partenariat, les deux entreprises publiques entendent ainsi s’allier pour proposer leurs services aux voyageurs.

Ce projet-pilote sera évalué dans le courant de l’année 2022.

La fermeture des guichets inquiète forcément. L’association de voyageurs Navetteurs.be et les syndicats CGSP Cheminots et CSC-Transcom s’associent dans des actions symboliques de protestation. Ce sera notamment le cas à Ans ce vendredi. « Nous constatons malheureusement le même scénario depuis 2015 avec dans un premier temps une réduction des heures d’ouverture pour ensuite justifier des fermetures en raison du nombre de transaction en diminution aux guichets. Nous dénonçons une fois de plus ces méthodes qui sont basées sur des calculs forcément biaisés lorsqu’on sait que des stewards dirigent volontairement les voyageurs vers les automates dans les gares où des guichets sont encore accessibles », dénonce Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Saint-Ghislain (Hainaut)Liedekerke (Brabant flamand)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE