L’ASBL WAPA récolte des dons durant 36h pour l’accompagnement des enfants soldats

Deux journées de campagne.
Deux journées de campagne. - D.R.

Créée en 2013, l’ASBL WAPA (Association des personnes touchées par la guerre) lutte contre l’utilisation d’enfants dans les conflits armés et pour leur réintégration au sein de communautés renforcées. Concrètement, l’association collabore avec des partenaires locaux dans quatre pays post-conflit ou en transition vers la paix, à savoir la République démocratique du Congo, l’Ouganda, le Sri Lanka et la Colombie. Depuis 2013, plus de 70 programmes de réintégration ont vu le jour, tels que le soutien psychosocial via l’art-thérapie, une bourse scolaire ou encore une formation socioprofessionnelle.

Sur le sol belge francophone, WAPA mène des campagnes de sensibilisation auprès des élèves du primaire, du secondaire et du supérieur sur la problématique des enfants soldats et sur l’importance de leur réinsertion. En collaboration avec la Croix-Rouge Belgique, des formations sont ainsi organisées dans le but de faire prendre conscience de l’impact des conflits armés sur la dignité humaine, et en particulier celle des enfants, mais également d’ouvrir un espace de réflexion avec les jeunes sur les modes de prévention du recrutement et de réinsertion des enfants démobilisés. Un nouvel outil digitalisé va également bientôt être opérationnel pour permettre au plus grand nombre d’avoir accès à ces formations.

Une campagne express

Parallèlement, l’association organise régulièrement des récoltes de dons. 300.000 euros sont ainsi recueillis annuellement dont 80 % proviennent du secteur privé. Cette année, pour sa plus grande action, « La guerre, c’est pas pour les enfants ! », WAPA aspire à récolter 120.000 euros en 36 heures seulement. Si l’objectif est de taille, « le but est d’inviter les gens à donner directement et ne pas formuler une promesse de don qui sera ensuite oubliée », explique Valentine Matuk, collaboratrice de l’association. À la moitié de cette première journée de campagne, les dons réunis dépassaient les 25.000 euros. Un très bon départ pour la représentante de l’ASBL, qui précise que « grâce à un travail acharné au préalable, tous les dons sont doublés par les entreprises partenaires ». Et de rappeler qu’à partir de 40 euros, les dons sont déductibles fiscalement à hauteur de 45 %. La campagne prendra fin ce mercredi 15 décembre à 21 heures. « Un challenge fou, mais qui se tente » pour accompagner 100 enfants affectés par les conflits armés.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES