Boris Johnson dément avoir menti à propos d’une fête en plein confinement

Boris Johnson dément avoir menti à propos d’une fête en plein confinement

Le dirigeant conservateur, qui avait assuré n’avoir pas été informé de l’organisation de cette fête le 20 mai 2020 en plein premier confinement, avait présenté des excuses aux députés après des révélations dans la presse sur sa présence à cet événement, l’un des nombreux pots qui auraient été organisés à Downing Street durant les confinements des deux dernières années.

Mais Dominic Cummings, influent cerveau de la campagne victorieuse pour le Brexit, a accusé sur les réseaux sociaux Boris Johnson d’avoir menti au Parlement en affirmant avoir pensé que cette fête, à laquelle il a assisté 25 minutes dans les jardins de sa résidence officielle, était une réunion de travail.

Il a affirmé que lui-même et un autre responsable avaient mise en garde Boris Johnson avant la tenue de cette fête, pour laquelle le secrétaire particulier du Premier ministre avait envoyé une centaine d’invitations.

« Il a menti »

« Le Premier ministre a été prévenu à propos de ces invitations, il savait que c’était un pot, il a menti au Parlement », a écrit sur son compte Twitter celui qui lance régulièrement des attaques contre son ancien chef depuis sa démission en novembre 2020.

Il a ajouté sur son blog que Boris Johnson a balayé ses inquiétudes, et être prêt à le « jurer sous serment » comme d’autres témoins.

Un porte-parole du chef de gouvernement a démenti. « Il est faux de dire que le Premier ministre avait été prévenu à l’avance à propos de cet événement », a-t-il rétorqué. Il croyait « implicitement » qu’il s’agissait d’une réunion de travail, a-t-il ajouté, renvoyant aux conclusions à venir d’une enquête interne menée par une haute fonctionnaire, Sue Gray.

Vers une démission ?

Dominic Cummings avait lui-même été pointé du doigt pour avoir contrevenu aux règles anti-Covid au printemps 2020 en effectuant des déplacements avec sa famille en plein confinement, ce qui était interdit.

Sous pression, Boris Johnson a vu les appels à la démission se multiplier jusque dans son camp conservateur. Downing Street s’était aussi excusé auprès de la reine Elizabeth II pour deux fêtes organisées en avril 2021 à la veille des funérailles de son époux, le prince Philip.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde