30 perquisitions à Bruxelles ce matin dans le cadre d’une enquête européenne

Une centaine de perquisitions en Europe.
Une centaine de perquisitions en Europe. - EPA

En Belgique, 49 perquisitions ont eu lieu sous l’autorité de la police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles, à savoir 30 sur l’arrondissement de Bruxelles, une à Sint-Pieters-Leeuw, une à Sint-Niklaas et 17 sur l’arrondissement d’Anvers. Ces opérations, qui ont nécessité l’intervention de différentes unités de police ou encore le soutien de la protection civile et de l’Office des Etrangers, se sont déroulées sans incident.

À la demande de la JIT (Joint Investigation Team), environ 60 perquisitions ont eu lieu en Espagne, Italie, Allemagne, Croatie et aux Pays-Bas.

L’enquête menée par la PJF de Bruxelles a permis de mettre au jour un trafic international de stupéfiants dont la majorité des personnes impliquées sont issues d’Europe de l’Est et résident en région bruxelloise. L’organisation a des points de chute dans la région d’Anvers, à proximité du port, lieu d’arrivée de containers contenant de la cocaïne en provenance d’Amérique du Sud. L’enquête a rapidement établi un lien avec des ressortissants issus du sud de l’Europe, appartenant au milieu mafieux limbourgeois.

Un dossier judiciaire relatif à des activités similaires à celles observées en Belgique étant déjà ouvert en Espagne, une JIT a été créée entre la Belgique et l’Espagne. L’enquête, avec l’appui d’Eurojust et d’Europol, s’est ensuite élargie à plusieurs autres pays européens.

Le dossier a été enrichi par des données issues l’application SKY ECC et qui ont été décryptées. Des contacts ont ainsi été identifiés au Brésil, en Équateur, en Colombie, au Pérou, en Bolivie et au Paraguay.

Divers moyens de transports ont été mis en évidence, à savoir via des véhicules avec caches, des avions cargo, des jets privés et des conteneurs qui ont transité par Anvers, Rotterdan, Le Havre et Hambourg.

L’origine de l’enquête se fonde sur des perquisitions en septembre 2020 dans un box de garage en région bruxelloise, lors desquelles la PJF a découvert une grande quantité d’acétone, plusieurs kilos de cannabis ainsi que des contrefaçons de vêtements de la police intégrée. Le parquet fédéral a alors ouvert un dossier, dont la direction a été confiée à un juge d’instruction bruxellois en décembre 2020.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers