Le FC Bruges est champion de Belgique: les 5 clés du succès des Blauw en Zwart

Vidéo

Dans la dernière ligne droite, les Gazelles brugeoises ont donné le coup d’accélérateur nécessaire afin de dépasser dans l’ultime virage une équipe de l’Union Saint-Gilloise en tête de la compétition depuis 7 mois.

Quelles sont finalement les clés qui permettent d’expliquer pourquoi et comment le Club de Bruges a finalement émergé dans ce championnat ? Les 5 principales raisons sont donc...

1. Simon Mignolet

Critiqué en début de saison, Simon Mignolet, diminué par une blessure, n’a, il est vrai, pas toujours été irréprochable et a même montré quelques signes de fébrilité. Mais le portier du Club et nº2 des Diables rouges a du caractère et du talent. Il a remis les pendules à l’heure au moment crucial et notamment durant ces champions playoffs au cours desquels il a tout simplement été impérial, étincelant, autoritaire et rassurant pour sa défense. Face à l’Union, dans les deux matches charnières, Bruges a pu s’appuyer sur un Simon Mignolet de classe internationale, voire mondiale. Un mur infranchissable. Pour être champion, on répète sans cesse qu’il est indispensable d’avoir un bon gardien et un bon attaquant… Le Club a, sans doute, le meilleur portier de l’élite. Il a gagné son duel à distance face à Anthony Moris (Union SG)

Simon Mignolet, l’un des artisans du succès du FC Bruges
Simon Mignolet, l’un des artisans du succès du FC Bruges - Belga

2. Les Diables rouges à la manœuvre…

Simon Mignolet n’est pas le seul Diable rouge du Club de Bruges à avoir joué un rôle important dans la conquête de ce titre. Impossible de ne pas citer Hans Vanaken, le « KDB » des Gazelles, qui monte en puissance d’année en année. Valeur sûre dans le centre du jeu, il n’est presque jamais blessé et surtout il fait preuve d’une régularité sans pareil. En pointe, Charles De Ketelaere s’est aussi imposé et a gagné en maturité. À 21 ans, il constitue une des pièces essentielles sur l’échiquier de son équipe. Enfin, on peut également citer Brandon Mechele. Pas toujours titulaire avec Philippe Clément, il l’est par contre avec Alfred Schreuder. Dans ces champions playoffs, le défenseur central a géré en patron l’arrière-garde brugeoise et est venu à diverses reprises à la rescousse d’un Nsoki, auteur d’une à deux bourdes par match.

Hans Vanaken, l’un des artisans du succès du FC Bruges
Hans Vanaken, l’un des artisans du succès du FC Bruges - Belga

3. La succession réussie de Philippe Clément

Début janvier, Philippe Clément quitte le navire pour rejoindre l’AS Monaco. L’entraîneur belge flaire le bon coup et n’hésite pas à relever le défi lancé par le club monégasque alors qu’à Bruges, sa situation n’était plus vraiment au beau fixe. Finalement, cela arrange tout le monde. Bruges ne tarde pas à trouver son successeur en la personne d’Alfred Schreuder (49 ans), l’ex-adjoint de Ronald Koeman au FC Barcelone. Les débuts sont difficiles. Mais une fois que les joueurs ont compris la nouvelle philosophie de jeu prônée par le coach néerlandais, la machine s’est mise en route et a écrasé tout ou presque sur son passage. Il est également parvenu à remettre sur les bons rails le remuant Noa Lang.

Une succession réussie, à tel point qu’Alfred Schreuder a tapé dans l’œil de l’Ajax Amsterdam, club qu’il rejoindra la saison prochaine afin de remplacer Erik ten Hag parti à Manchester United.

Avec Schreuder, Bruges n’a connu que deux revers… à chaque fois contre le même adversaire : La Gantoise. Défaites 1-2 en championnat et 0-3 en Coupe de Belgique face aux Buffalos.

Alfred Schreuder, l’entraîneur néerlandais du FC Bruges
Alfred Schreuder, l’entraîneur néerlandais du FC Bruges - Belga

4. Un mercato hivernal réussi

Durant le dernier mercato, Bruges a visé juste avec les arrivées de l’international canadien Tajon Trevor Buchanan, le Danois Andreas Skov Olsen, l’expérimenté Denis Odoi ou encore l’avant arménien Sargis Adamyan (prêté par Hoffenheim). Ce dernier n’a pas un statut de titulaire mais il a été précieux à chaque fois qu’il a eu du temps de jeu.

Buchanan, l’international canadien du FC Bruges
Buchanan, l’international canadien du FC Bruges - Belga

5. La gestion d’un championnat atypique

La force du Club de Bruges est sa gestion de ce championnat de Belgique atypique constitué d’une phase classique et puis de playoffs à quatre équipes. Jamais, la formation brugeoise n’a donné l’impression de paniquer malgré l’écart qui ne cessait de s’accroître avec l’Union Saint-Gilloise au fil des semaines. À l’issue de la 26ème journée de la phase régulière, les Saint-Gillois comptaient… 12 points d’avance sur les Blauw en Zwart. Petit à petit, le Club a grignoté son retard et a aussi et surtout gérer les matches clés, ceux qu’il fallait gagner.

Face à l’Union, par exemple, les Brugeois n’ont concédé aucun but en quatre confrontations et ont engrangé 10 points sur 12.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :As (prov. de Limbourg)Bruges (Flandre occidentale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en FOOTBALL