Laura, fille d’une victime du dépeceur de Mons, raconte son enfance difficile (vidéo)

Témoignage
Laura, à gauche, est la fille de Nathalie Godart.
Laura, à gauche, est la fille de Nathalie Godart. - Volt

Laura est désormais mariée. La jeune femme, tout sourire, attend son premier enfant. Et pourtant, Laura a eu une enfance très difficile, passant de foyer en foyer. « J’ai vécu de la maltraitance physique et psychologique » explique-t-elle.

« En fait, on m’a annoncé assez brutalement la manière dont maman était décédée. Je l’ai appris par ma grand-mère maternelle qui m’a dit cash : ‘Tu finiras comme ta maman, dans des sacs-poubelles, découpée en morceaux…’ » Laura n’avait que deux ans quand sa maman, Nathalie Godart, a été tuée. Et c’est à l’âge de 5 ans que Laura a appris très brutalement les circonstances de sa disparition. Laura a été confiée à sa grand-mère…

► D’autres vidéos et témoignages sur VOLT

Nathalie Godart, victime du dépeceur de Mons.
Nathalie Godart, victime du dépeceur de Mons. - Volt

« J’ai été sauvée par l’école primaire. J’ai débarqué dans les bras de mon institutrice » Laura lui explique son vécu quotidien, très difficile et brutal. C’est à partir de ce moment qu’elle est placée en foyer.

Résilience

Laura finit par tomber dans un foyer « avec des éducateurs à l’écoute ». Elle ajoute : « C’est la première fois qu’on m’a parlé de moi en tant que victime, par rapport à tout ce que j’avais vécu. On m’a expliqué qu’il n’y avait rien de normal dans tout cela. On a commencé aussi à me parler de ma maman. »

L’amour de son arrière-grand-mère

Une seule lueur d’espoir dans ce vécu difficile : son arrière-grand-mère. Laura pouvait la voir toutes les deux semaines. « Elle m’écrivait des cartes et cela m’a marqué. Elle tremblait, c’était compliqué pour elle d’écrire, mais elle m’a mis « Je t’aime très fort et je t’embrasse. » » Encore aujourd’hui, Laura explique qu’elle pense régulièrement à cette femme qui lui a apporté son soutien comme elle a pu.

Laura a rencontré son mari. Elle n’avait que 19 ans à l’époque. Aujourd’hui, la jeune femme est enceinte. Elle attend son premier enfant. « Je sais que je vais y arriver. »

Laura et son mari.
Laura et son mari. - Volt

Des petites doses d’amour

Même si ce n’est pas encore facile tous les jours, Laura a su faire preuve de résilience. Elle a trouvé la force de surmonter le choc du décès de sa maman, la force de surmonter son enfance difficile. « On a besoin de petites doses d’amour pour avancer. C’est important et ça permet de tenir. »

Dans VOLT

Laura a choisi elle aussi de se confier dans VOLT, ce nouveau média alternatif lancé sur les réseaux sociaux par TéléMB et votre journal La Province. Un portrait à découvrir sur la page Facebook VOLT qui propose un slogan : « Quand l’intimité devient universelle ». Chaque interview arrivera à vous toucher, à toucher chaque auditeur, à sa manière.

La semaine passée, c’est David, 58 ans, qui se confiait face caméra. Quand il a appris qu’il n’avait plus que 8 mois à vivre, David n’a pas hésité : il a quitté son job, sa femme et a fait le tour du monde. C’était il y a 12 ans…

Laura, bientôt maman.
Laura, bientôt maman. - Volt

► D’autres vidéos et témoignages sur VOLT

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Mons (Hainaut)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE