Festival «We R Young»: aucune preuve de piqûre d’aiguille, indique le parquet

Festival «We R Young»: aucune preuve de piqûre d’aiguille, indique le parquet
Belga

Le festival pour adolescents avait été interrompu le mercredi 25 mai après que 24 jeunes se sont sentis mal. Le phénomène dit du » needle spiking » a été soupçonné mais aucune preuve n’est venue l’étayer. Le parquet a fait analyser onze échantillons sanguins de manière approfondie.

La panique s’était emparée du festival We R Young après d’éventuels faits de piqûres causés par des aiguilles. Vingt-quatre adolescents au total se sont présentés au poste de secours avec des symptômes tels que maux de tête, nausées et hyperventilation. Dix jeunes filles ont été emmenées à l’hôpital pour un examen approfondi afin de détecter d’éventuelles traces de piqûres.

Il a ensuite été décidé aux environs de 18h00 de procéder à l’évacuation du site du festival, soit deux heures avant la fin initialement prévue. Les quelque 3.300 jeunes présents ont alors été évacués sous escorte policière.

« Ces événements ont fait l’objet tant d’une enquête de police que d’une enquête toxicologique menée par le laboratoire judiciaire », poursuit la porte-parole du parquet. « Rien n’a été laissé au hasard dans cette affaire. Le parquet a ainsi fait analyser onze échantillons de sang. Il s’agit d’analyses approfondies afin de détecter non seulement l’alcool et les drogues ou de médicaments courants mais également les nouvelles drogues de synthèse et toutes sortes d’autres substances psychoactives et toxiques. L’ensemble des analyses se sont révélées négatives. Sur les onze personnes ayant subi un prélèvement sanguin, une seule montrait une trace pouvant faire penser à une piqûre, mais là aussi, l’échantillon s’est révélé négatif. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Hasselt (prov. de Limbourg)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique