Variole du singe: réunion du Comité d’urgence de l’OMS bientôt prévue

Variole du singe: réunion du Comité d’urgence de l’OMS bientôt prévue
Twitter

Tedros Adhanom Ghebreyesus a dit que la situation continuait de l’inquiéter au moment où on atteint 6.000 cas dans 58 pays mais le 25 juin il avait estimé que la flambée n’atteignait pas pour le moment le stade d’une urgence sanitaire mondiale.

Le 25 juin, il avait estimé que la flambée ne justifiait pas de déclencher le plus haut niveau d’alerte de l’organisation.

« Le dépistage demeure un défi, et il est fort probable qu’il y ait un nombre important de cas qui ne soient pas recensés », a souligné le Dr. Tedros, indiquant que l’Europe est l’épicentre de l’épidémie, avec plus de 80 % des cas recensés dans le monde.

« En Afrique, des cas apparaissent dans des pays qui n’étaient auparavant pas affectés, et des nombres records sont recensés dans des endroits qui ont déjà eu affaire à la variole du singe », a-t-il ajouté.

Lors de sa réunion du 23 juin, le Comité avait jugé que la flambée de cas, bien que très inquiétante, ne constituait pas « une urgence de santé publique de portée internationale », le plus haut degré d’alerte de l’organisation.

Rappel de la situation

Une recrudescence inhabituelle de cas de cette maladie virale a été détectée depuis mai en dehors des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest où le virus est endémique.

La majorité des cas recensés en-dehors des zones endémiques concerne des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, même si des cas de personnes immunodéprimées et quelques enfants ont été recensés.

La variole du singe se manifeste par des symptômes grippaux et des éruptions cutanées, guérit généralement d’elle-même après deux ou trois semaines.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Monde